test1

Oujda

News / Events

Festival maghrébin du film d’Oujda (Maroc) : Bouchouchi, Yaïch et Belgacemi récompensés

13/04/2016 Non classé

La 5e édition du Festival maghrébin du film d’Oujda (9-13 avril) qui gagne des galons d’année en année, s’est clôturée en apothéose dans la soirée de mercredi dernier.

L’ édition organisée sous le slogan «Pour plus de tolérance, parlons cinéma» et dédiée à la mémoire du célèbre critique marocain Mustapha El Mesnaoui, a mis en exergue le talent des participants algériens.

En effet, le Grand prix est revenu au réalisateur algérien Lotfi Bouchouchi pour son film Le puits, un long métrage (90 mn) produit par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC), et qui raconte un pan douloureux de l’histoire de la guerre de Libération nationale à travers les souffrances d’habitants d’un village du Sud algérien assiégés et manquant terriblement d’eau. Pour le court métrage, Kamel Yaïche a été récompensé par le Prix du jury pour Papillon.  Quant à Omar Belgacemi, il a eu le prix du Meilleur scénario pour Lmuja (La vague).

Ce moyen métrage (40 mn) relate l’histoire d’un journaliste et écrivain algérien vivant en Europe, qui décide de rentrer au pays pour écrire sur les suicides enregistrés à la suite des licenciements massifs des travailleurs durant les années 1990. Cette année, l’association Ciné Maghreb, organisatrice de cet événement, a mis en compétition 6 longs métrages et 12 courts métrages réalisés par des réalisateurs des cinq pays du grand Maghreb. Et comme le veut la tradition, le festival a rendu hommage à plusieurs figures qui ont marqué le monde du 7e art, dont Mohammed Lakhdar Hamina… qui ne s’était pas déplacé à Oujda pour une raison que l’on ignore.  Fondé en 2010, le Festival maghrébin du film a pour vocation de révéler et de mettre en valeur des œuvres pour servir l’évolution du cinéma, favoriser le développement de l’industrie du film et célébrer le 7e art à l’international. 

Source : ElWatan